09 81 60 27 12 contact@jltt.net

En cette septième journée de la première phase, l’équipe 2 féminine de JLTT était déjà assurée de monter. C’était donc assez sereinement qu’elle abordait son dernier match à domicile, dimanche 10 décembre après-midi, contre l’équipe 1 de Puiseux, dernière équipe de sa poule.

*****

Les forces en présence

 En ce dimanche 10 après-midi, deux équipes se retrouvaient côte à côte : l’équipe 6 et l’équipe 2F. L’autre moitié du gymnase de Maryse Hilz était occupée par les joueurs du jeu libre, nombreux, qui se sont improvisés supporters aux moments les plus serrés. Merci à eux 😉

 L’équipe 2F de JLTT était composée de Léa (9), Elisabeth (8) Marion W. (7 presque 8) et moi, Marièke (6). Nous étions opposées à Puiseux, les dernières de la poule, vaillantes adversaires mais souvent handicapées par le manque de joueuses. Elles se présentaient ainsi à 3 : une 9 et deux 7.

Début de rencontre

Le match s’ouvrait sur les matchs de Léa, opposée à la 9, et d’Elisabeth, face à l’une des 7, que l’on appellera pour l’occasion la 7 picot. Léo perdait les deux premières manches de son match, gênée par le jeu de contre de son adversaire avant de revenir à deux sets partout, en retrouvant un peu ses esprits. Elle s’inclinait malheureusement à la belle face à une adversaire chirurgicale sur les points importants. Elisabeth, sur la table d’à côté, rencontrait des difficultés face au picot de son adversaire. Elle gagnait le premier set mais se faisait battre sur les trois suivants.

0 – 2

La deuxième salve de match opposait Marion, face à la seconde 7, et Elisabeth, face à la 9. Marion prenait facilement la mesure de son premier adversaire du jour et s’imposait 3 sets à 0. De son côté, Elisabeth démarrait bien, en gagnant le premier set aux avantages. Son opposante attaquait plus, tandis qu’Elisabeth faisait un peu plus de faute. La 9 gagnait finalement en quatre sets.

Notez que de mon côté, je me défaisais très facilement de Madame W0 😉

2 – 3

Les deux derniers matchs avant le double étaient joués par Léa contre la 7 picot et moi, contre la 7 sans picot. Léa galérait un set avant de comprendre mieux les failles de son adversaire. Elle s’imposait finalement en quatre sets. De mon côté, je gênais bien mon adversaire sur les deux premiers sets et m’imposait sans difficulté… avant de commencer à stresser et à faire des fautes bêtes. C’est comme ça qu’on passe d’un match maîtrisé à un match qui se termine à la belle, en souffrance. Je gagnais finalement à la belle, non sans trembler.

Sans jouer, Marion battait Madame W0 peu en forme.

5 – 3

Les doubles

Pour le double, nos adversaires alignaient leurs deux 7. Nous leur opposions Elisabeth et Léa. Sur la table d’à côté, pour prendre un peu d’avance, Marion s’attaquait à la 9, sous l’oeil de Yann venu nous coacher à l’occasion de ce dernier match. Arbitre du double, je voyais Elisabeth et Léa, pour leur première association, venir à bout, assez facilement, du double adverse, en 3 à 0. Marion, elle, menait 2 sets à 0 avant de se faire remonter 2 sets partout pour la troisième belle de la journée. Elle échouait très près du but en s’inclinant 13-11 à la belle, face à une adversaire toujours plus performante sur les points importants.

Notre double 2 bat leur double 2 sans jouer.

7 – 4

 Pour les deux derniers matchs de la journée, j’affrontais la 7 avec picot et Léa, la 7 sans picot. Léa gagnait assez facilement son match 3 sets à 0 tandis que je m’embarquais dans ma deuxième belle de la journée : après avoir mené un set à 0, j’était rattrapée à 1 set partout, puis dépassée 2 sets à 1 en perdant le troisième set 14 – 12. Il me fallait trois sets pour comprendre le jeu de mon adversaire : je dominais ensuite facilement le quatrième et le cinquième set, 11-7 et 11-4.

Et Madame W0 perdait encore son match contre Elisabeth.

10 – 4.

Soit 24 – 14 en raison de l’absence de l’une de nos adversaires.

Pour conclure

Au final, nous terminons bien la phase et nous validons par les résultats notre montée en Pré-Nationale acquise dès la cinquième journée.

Bravo les filles 😉

Marièke